la narratrice a un petit coup de mou…

Lecteurs, lecteurs anonymes (je vous vois pourtant sur la carte, du pacifique à l’oural, si si, je vous vois clignoter comme de lointaines étoiles ), lecteurs abonnés-mais-muets, m’en veuillez pas trop mais là, je suis, comme dirait Duneton, « comme une truie qui doute ».

On est si peu à jouer — pardon pour les quelques uns qui viennent mettre leur grain de sel, mais vous aussi je suis sûre que vous vous trouvez un peu rares — si peu, que la mayonnaise a du mal à prendre. Bon, c’était peut-être un pari idiot, cette idée d’écriture interactive… ou quoi ?

 

je fais une petite pause. Une semaine ou deux pour prendre un brin de recul, voir si j’ai envie de continuer à raconter cette histoire sans vous ou presque, si l’aventure d’Olga Polka peut s’accommoder d’une écriture solitaire, alors que je l’avais rêvée comme un jeu à plusieurs.

 

… si vous avez une idée d’ici mon retour pour relever un peu la sauce, lui donner un peu d’émulsion, nous faire un peu saliver, hésitez pas hein !

7 commentaires

  • Claireobscure a écrit :

    Aïe ! C’est que je les adore, moi, cette Olga, et son histoire, et ses recettes ! C’est tout sa faute aussi, si la grenade ne l’inspire pô 😉 Bon, sans rire, la créatrice c’est toi, moi je suis l’oisillon passif, mais affamé et exigeant, qui attend sa becquée ! Alors au boulot, et trêve de doutes truistes :))

    bebert :

    Moi aussi je les aime, Olga, Fine et tutti quanti: il faut continuer évidemment.
    Et j’ai envie de dire aux commentateurs(trices) du début de l’histoire qu’ils me manquent bien: j’aimais bien les lire, ils me faisaient chaud au coeur.
    Peut-être faudrait-il les relancer spécialement pour leur dire que Olga et son histoire sont toujours là et qu’elles s’ennuient un peu d’eux …

    Enfin, certain commentaires trop éloignés de l’histoire créée par notre narratrice me découragent parfois de mettre mon grain de sel …

    Et puis quand la narratrice s’absente trop longtemps j’oublie un peu Olga …
    Dommage!

    Véronique :

    Bonjour Bébert !

    Chuis comme vous, quand notre narratrice s’absente trop longtemps, j’oublie un peu Olga, et puis je perds le fil… ma mémoire n’est plus ce qu’elle était !

    Si souvent aussi, je me suis sentie seule en venant par ici alors que j’avais rêvé de causeries au coin du feu pour l’hiver à venir…

    Véronique :

    Bonjour Claire !

    Crois-tu que notre narratrice a entendu tes exhortations-encouragements que je partage oeuf corse ? 🙂

  • Véronique Véronique a écrit :

    Comment va notre narratrice ? Que faire pour lui redonner goût à poursuivre cette aventure, à croire encore à son rêve et bouter ces vilains doutes hors de son esprit ?

  • Je ne sais pas comment on peut répondre aux questions existentielles genre comment attraper la balle au bond quand personne ne la lance (ou qu’il n’y a pas assez de joueurs… peut-être en lançant la balle contre le mur de la cour arrière ou en s’achetant un panier de basket)[panier de panier… Ah le mélange des langues!], bref no so, I don’t know, mais on peut peut-être commencer avec une superbe page d’accueil… Bravo! Elle est splendide! Et si (en plus) tu en es l’auteur(e) OUAOU!!!!!! Je te tire mon chapeau — ou plutôt ma « tuque » [bonnet] : malgré le réchauffement (« global » et local), l’hiver a quand même fini par arriver…

  • Bon elle se bouge paucisciente ou bien quoi ?

    Mes suggestions pour la reprise :
    – autoriser les interventions anonymes.
    – envoyer des emails aux utilisateurs inscrits à chaque publication
    – faire des épisodes plus courts et plus nombreux.

    ce ne sont que quelques suggestions, et aussi des recettes de pates, oui mais des « suggestions ».

    ps : bande son pour ce commentaire « simply the best » par tina turner – en toute simplicité.

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter (et donc être inscrit) pour laisser un commentaire.


Imprimer ce texte Imprimer ce texte